Le Livre autobiographique de Nina Bouraoui

publié le 21 oct. 2018 à 03:10 par Des Ils et des Elles Morbihan   [ mis à jour : 21 oct. 2018 à 03:23 ]
C'est toujours le même très beau livre,

ce sont toujours les mêmes vagues, l'enfance solaire et terrifiée en Algérie, l'acceptation de l'homosexualité dans le club de nuit à Paris,
c'est toujours la même écriture, limpide, adolescente, les ombres et la lumière,
les zones de douceur et de violence,
les visages de l'amour et de la haine.
"L'écriture agit comme un élixir, son geste m'apaise, me rend heureuse."
D'un bord à l'autre de la Méditerranée
l'écriture est la passerelle
de Cherchell Algérie à Cherche elle Paris.
"Il me suffit de fermer les yeux pour que resurgisse le décor qui abritait mes nuits et de tendre la main pour saisir la main de celle que j'étais. Je n'ai pas perdu ma jeunesse, je viens d'elle et elle m'annonçait."
L'écriture est la main tendue à l'autre main: elle rassemble et rouvre les yeux aveuglés sur les premières fois de l'amour et de la haine.
A celle qui lui demande un jour ce qu'elle fait dans la vie, elle répond:
"Etudiante pour mes parents, mais j'écris, malgré mes dix-huit ans je sais, c'est ma raison d'exister, avec l'amour."
Aimer, écrire, deux raisons d'exister. L'écriture dans le prolongement de l'amour.
Je ne la connais pas mais d'un livre à l'autre je la reconnais. Et j'aime la reconnaître. Elle est devenue une amie.

Ces quelques lignes pour exprimer toute ma reconnaissance.